Incompris ou visionnaire?

22 mars 2014

Mon ex, cette Femme…

Publié par mbuello dans Non classé

Je sais bien que jamais je n’aurais du re re re re re(je ne compte plus les fois) voir mon ex!

Mais…

Elle a fait l’erreur de m’appeler et je ne sais lui résister!

Certes, j’ai résisté pour la forme :

- « Non! Non, je ne te rejoins pas! »

- « Allez Matthieu, s’il te plait! »

- »Non, vraiment, il ne faut pas »

- »Allez, souviens toi comme on était bien! »

Donc, j’ai craqué!

Et pourtant, physiquement, même si elle n’est pas grosse ni enveloppée, elle ne correspondrait pas trop à mes caractères physiques…

Je suis plus adepte de Vanessa que de Adèle…

Mais, Elle a un truc qui me fait « Crac, boum, Hue! » quand je la voie.

 

Alors, je l’ai vue!

Je vous passerai les détails des « comment tu vas?, » « Bien et toi? »

Nos retrouvailles furent complices …

Mais amicales!

 

Effectivement, malgré des danses charnelles, j’ai ouvert les yeux et j’ai pensé  à une femme…

Ce n’était pas Elle!

 

Il est temps de tourner la page de L.

Je vais me concentrer sur E.

27 février 2014

Ami(e)s

Publié par mbuello dans Non classé

J’ai trois cent quarante sept ami(e)s sur facebook

J’ai dix partenaires sexuelles,

j’ai 34.7 amis?

Non!

Je connais quelques personnes dont j’aimerai suivre leur vies et ne pas quitter.

Je sais qu’elles ne me quitteront pas, et je sais que je ne les quitterai pas.

26 octobre 2013

Hier,j’ai vu ma muse. Donc Poême…

Publié par mbuello dans Non classé

L’été sera l’hiver et le printemps l’automne

L’air deviendra pesant, le plomb sera léger;

On verra les poissons dedans l’air voyager

Et de muets qu’ils sont avoir la voix fort bonne.

L’eau deviendra le feu, le feu deviendra l’eau

Plutôt que je sois pris d’un autre amour nouveau.

 

Le mal donnera la joie et l’aise des tristesses

La neige sera noire et le lièvre hardi,

Le lion deviendra du sang acouardi,

la terre n’aura point d’herbe ni de richesses,

les rochers de soi même auront un mouvement

Plutôt qu’en amour il y ait changement

 

Le loup et la brebis seront en même étable

Enfermés sans soupçon d’aucune intimité,

L’aigle avec la colombe aura de l’amitié

Et le caméléon ne sera point muable,

Nul oiseau ne fera son nid au renouveau

Plutôt que je sois pris d’un autre amour nouveau.

 

La lune qui parfait en un mois sa carrière

Le fera en trente ans au lieu de trente jours;

Saturne qui achève avec trente ans son cours

Se verra plus léger que la lune légère;

Le jour sera la nuit, la nuit sera le jour

Plutôt que je m’enflamme au feu d’un autre amour.

 

Les ans ne changeront le poil ni la coutume,

Les sens et la raison demeureront en paix,

Et plus plaisants seront les malheureux succès

Que les plaisirs du monde au coeur qui s’en allume;

On haïra la vie, aimant mieux le mourir

Plutôt que l’on me voie à autre amour courir.

 

On ne verra loger au monde l’espérance;

Le faux d’avec le vrai ne se discernera,

La fortune en ses dons changeante ne sera,

Tous les effets de Mars seront sans violence,

Le soleil sera noir, visible sera Dieu

Plutôt que je sois vu captif en autre lieu.

7 septembre 2013

Je reprends…

Publié par mbuello dans Non classé

Considère mon amour, jusqu’à quel excès tu as manqué de prévoyance. Ah, malheureuse! Tu as été trahie, et tu m’as trahi par des espérances trompeuses.

Une passion sur laquelle tu avais tant de projets ne te cause présentement qu’un mortel désespoir qui ne peut être comparé qu’à la cruauté de l’absence qui le cause. Quoi! Cette absence, à laquelle ma douleur, toute ingénieuse qu’elle est, ne peut donner un nom assez funeste, me privera donc pour toujours de regarder ces yeux dans lesquels je voyais tant d’amour et qui me faisaient connaître ces mouvements qui me comblaient de joie, qui me tenaient lieu de toutes choses et qui me suffisaient? Hélas! Les miens sont privés de la seule lumière qui les animait, il ne leur reste que des larmes, et je ne les employés à aucun usage qu’à pleurer sans cesse depuis que j’ai appris que tu étais enfin résolue à un éloignement qui m’est si insupportable qu’il me fera mourir en peu de temps. Cependant il me semble que j’ai quelque attachement pour des malheurs dont tu es la cause : je t’ai destinée ma vie aussitôt que je t’ai vue, et je sens quelque plaisir en la sacrifiant. J’envoie mille fois le jour mes soupirs vers toi, ils vous cherchent en tous lieux, et ils ne me rapportent pour toute récompense de tant d’inquiétudes qu’un avertissement trop sincère que me donne la mauvaise fortune qui  a la cruauté de ne pas souffrir que je me flatte et qui me dit a tout moment : « Cesse, cesse, infortuné, de vainement et de te chercher une compagne que tu ne verras jamais, qui a passé les mers pour te fuir, qui est au delà au milieu des plaisirs, qui ne pense pas un seul moment à tes douleurs et qui te dispense de tous ces élans dont elle ne te sait grée! »

29 juin 2013

Un matin…

Publié par mbuello dans Non classé

Cela faisait longtemps que je n’avais pas nourri mon blog de mes états d’âmes…

Mais, il se trouve que je dois reprendre la plume (ou plutôt le clavier) pour exprimer ce que je ne peux dire de vive voix!

J’ai une fille en mon coeur.

Autant quand je l’ai connue, elle aurait pu faire battre mon coeur. D’ailleurs, elle l’a fait…

Autant, depuis quelques temps elle m’énerve!

Entendons nous bien, quand je dis « elle m’énerve », c’est plus un aveu d’impuissance qu’autre chose.

Je m’explique :

Je sais bien qu’elle ne va pas bien.

Je lui ai dit que j’étais là

Il n’empêche qu’elle continue à s’enfoncer

Et je ne sais comment l’aider

Alors, que j’aimerais tant la secourir.

 

18 mai 2013

Hymne à toi!

Publié par mbuello dans Non classé

Que Dieu me pardonne

En même temps,

Oui, je te donne…

Mes sentiments,

Et mon anémone

18 mai 2013

J’ai beau essayer de penser à une autre personne…

Publié par mbuello dans Non classé

… Je n’y arrive pas

27 octobre 2012

Est ce de ma faute à moi…

Publié par mbuello dans Non classé

Si je veux de la joie ,de la vie de la bonne humeur…

De la liberté!

27 octobre 2012

Trop!

Publié par mbuello dans Non classé

Trop d’alcool

Trop de clopes

Trop de filles

Trop d’amis (Putain, j’aurais jamais cru que j’écrirai ça un jour)

Je dois avouer que je n’étais pas au mieux ces derniers temps, mais je me dis que ce n’est peut être pas plus mal.

J’ai besoin de tout chambouler en ce moment.

Je sais que mes amies vont en souffrir.

Mais je leur serai fidèle (tiens ca aussi je ne pensais pas le dire)

 

 

6 octobre 2012

Non l’écriture érotique n’est pas morte…

Publié par mbuello dans Non classé

Puis elle fut à nouveau tout proche de moi, nocturne, rêche sur les joues, resserrant les filets de sa voix contenue. Je plaquais violemment mon dos contre sa poitrine, comme si j’avais voulu y pénétrer, comme si j’avais voulu m’en envelopper et m’y dissoudre, et je sentis à travers nos vêtements son con gonflé appuyé contre mes reins. Avec un grondement je projetais mes mains en arrière, et m’agrippant à ses fesses me pressais de toutes mes forces contre elle. Inconsciemment je bougeais le bassin comme si je m’apprêtais à jouir. Elle me serra très fort, son bras replié sur mon torse faillit me faire hurler à la fois de douleur et de bonheur, puis, sans effort apparent, elle me détacha insensiblement d’elle. Je touchais ses bras fins, aux muscles noués et durs comme du bois, et je ressentis une force sans appel qui éveilla des vibrations jusqu’au plus profond de mon ventre. Lentement, elle releva mon pull, je restais un instant suspendu dans une attente délicieuse, puis je sentis la fermeté du cuir sur mon ventre. Elle m’expliqua quelque chose à propos de distance et de profondeur de champ, tout en serrant les attaches du baudrier qui maintenant ceignait ma taille en s’enfonçant légèrement dans mes chairs, de sorte que je ne pourrai plus oublier sa présence. Il y eut des raclements métalliques, légers et étonnamment forts, presque minéraux, quand elle referma le mousqueton de la chaîne qui maintenant me liait à un anneau fixé dans le mur. Dans les miroirs dansait une image qui se brouillait, comme recouverte de buée, et renaissait toujours différente, et toujours nouvelle. Entraîné peut-être par le poids du cuir et du métal je me laissais couler dans ces moi inconnus. Le reflex claquait. C’était comme si je m’étais échappée de moi, et vivais une autre vie, sur un plan nouveau. Elle s’approcha de moi, il faisait très chaud, et elle avait ôté son tee tee-shirt, dévoilant son torse brillant de sueur. J’eus l’envie immédiate et irrépressible de me pencher, de me mettre à genoux, de la lécher longuement, d’emplir ma bouche de ce goût de sel. Elle me retint, et posa seulement sa main sur ma poitrine.

12345...7

Les ANIMAUX et leurs MESSAGES |
Les maux avec des mots |
Iz avance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma viiie de collégienne
| Superdog
| Il est trop tard...